"L'accouchement et la naissance devraient se vivre dans la dignité et la solidarité, dans le respect des femmes, des familles, du bébé qui vient, dans une vraie célébration de la vie."

Isabelle Brabant, Sage-femme
3 mai 1996

<  Retour

Première entrevue d'une série


 

Katy Cloutier s'entretient avec Alexandrine Agostini (porte-parole LLL 2008-2011)

ÉtÉ 2008

 

À quel moment as-tu décidé d'allaiter?

C'est très curieux. Et peut-être rassurant? Moi qui n'ait jamais été allaitée au sein, et qui, à 5 ans, a vu ma première soeur être allaitée à peine quatre mois, (j'ai aussi un vague souvenir à 13ans pour la suivante), je crois que l'allaitement maternel a quand même toujours fait partie de ma vision d' « avoir des enfants » …même si je n'en voulais pas!
Dès l'instant où j'ai décidé que j'allais être enceinte, je savais que j'allais allaiter …sans regarder l'heure.
Je ne me posais pas la question du moment du sevrage. Vers les neuf mois de mon fils, j'ignore exactement pourquoi, probablement que j'essayais de voir comment se passerait l'été car j'avais un engagement au théâtre (qui m'excitait et m'inquiétait en même temps), bref j' ai acheté des biberons. J'ai essayé d'imaginer mon fils sans moi, de me rassurer… Mais je ne lui ai jamais présenté la tétine : c'était trop pour moi! Je laissais trainer les biberons dans les plats en plastique avec lesquels il jouait. Les soirs de représentations, son papa lui donnait mon lait à l'aide d'un compte-goutte. (Comme pour les doses homéopathiques contre les douleurs des coliques.) Je réussissais à en tirer à peine une once... et encore… Ça le faisait patienter et je l'allaitais au retour. Finalement, Sacha n'a jamais bu au biberon et à peine au contenant avec bec. Il est passé directement au verre.

 

Qu'est-ce qui a motivé ton choix?

Je dirais principalement trois choses. J'ai l'impression que mon propre allaitement m'a toujours manqué… Et aussi, avant même d'être enceinte, ma cousine Bénédicte, qui fréquentait la LLL en France m'a envoyé le livre « L'art de l'allaitement maternel ».
Je l'ai dévoré!
J'en ai lu des passages à mon chéri, souligné des pages entières, parlé à mon entourage… Du coup je suis partie à la recherche de toutes les données médicales, de toutes les statistiques répertoriées. C'est tout à fait mon style d'enthousiasme, ça! C'est aussi très significatif sur ma façon de fonctionner dans la vie, question alimentation, maternage, choix médicaux, etc: je suis d'abord mon intuition, et seulement ensuite, je vais trouver l'information publiée qui valide mon choix.
La troisième raison, au-delà des données scientifiques et de mon coup de foudre pour La Leche, est qu'à la seconde où j'ai vu Sacha, j'ai vécu un autre clash. Je me suis instantanément transformée en Maman Louve! C'était à la fois d'une violence, d'une passion et d'une joie extrême. J'étais stupéfaite et bouleversée. L'allaitement peau à peau faisait partie intégrante de chaque instant de ce nouveau quotidien où le miracle d'avoir cet enfant se perpétuait sans cesse.
Depuis les trois mois de Sacha, ma cousine m'avait donné toutes ses revues «Allaiter aujourd'hui» de LLL France. (Je ne connaissais pas encore « La voie lactée », ni le site du Québec.) Tout ça m'a beaucoup conforté dans mes choix de maternage.
 

Aimerais-tu instaurer une tradition d'allaitement dans ta famille?

(hésitation) C'est tentant mais… Oui, c'est certain que je souhaite donner le goût de l'allaitement maternel à mes sœurs et peut-être au couple de parents que formera un jour Sacha… Mais « instaurer » volontairement… Je veux toujours me rappeller de respecter les différences, comme je souhaite qu'on me respecte. Informer sans juger serait mon idéal.
Toujours davantage de compassion et de détachement. Ça commence avec soi, puis avec notre famille, ensuite notre voisinage… et éventuellement, la planète. C'est vrai qu'à mes yeux, la famille s'avère presqu'un pays! Vaste thème, assez complexe au niveau relationnel. Déjà, pour définir sa place, je pense que chaque enfant se doit d'être différent du précédent. Et je crois profondément qu'on est contraires et multiples pour se faire évoluer entre nous… Le sujet de l'allaitement et du maternage peut devenir tellement émotif, c'est tellement viscérale! Ça prend une bonne dose de lâcher prise, je trouve… Personnellement, j'suis une têtue. Peu importe la situation, le commentaire « Fais-le donc: tout l'monde le fait! » n'est pas un argument à mes yeux! Ah oui TOUT le monde le fait? J'veux des noms! Et inversement: PERSONNE fait ça? Tu penses ça?! Ben sort de chez vous pis regarde autour! (rires) C'est vrai qu'à priori, c'est difficile d' imaginer que la personne juste à côté de soi peut vivre dans un univers totalement opposé au nôtre… Face à l'allaitement et au maternage, mes positions sont claires. Si on veut des références, je peux en donner à la pelle! Mais avant de vouloir changer l'autre, je suis obligée de m'avouer que j'ai déjà une bonne job à faire avec certaines parties de moi…

 

Est-ce que l'allaitement fait partie des habitudes de vie des mamans de ton entourage? 

Oui. Il est primordial pour moi de me sentir entourée et non exclue ou isolée. Pas de souffrance inutile! Avec les années, j'appelle vraiment à plus de tendresse que de bataille. J'ai eu un premier cercle d'amies pendant ma grossesse et il a encore changé après la naissance de Sacha. Mais ce n'est pas difficile d'être bien entourée: déjà avec la LLL, ça amène un paquet de familles très inspirantes!

 

Si tu avais une minute pour convaincre une future maman d'allaiter, que lui dirais-tu?

Je trouve que c'est une question très délicate. Je ne me sens pas confortable avec le mot « convaincre ». Je me méfie énormément d'une pensée qui pourrait avoir des allures dogmatiques. Alors rien qu'une minute…
Pour transmettre l'élan, une image vaut mille mots et un moment de vie rengorge d'une multitudes de subtilités innommables. Allaiter et materner devant elle risque davantage de nourrir un échange, de faire naitre un désir… C'est comme le verbe Aimer : ça ne supporte pas l'impératif! Au fur et à mesure que je verrais ce qui trouve écho en elle, alors peut-être lui parler du livre « L'art de l'allaitement maternel », lui remettre un numéro de La Voie Lactée, ou amener cette personne à une rencontre LLL, aller voir le site…
Comme l' explique le livre « Biologie de l'allaitement -le sein, le lait, le geste» : « Si nous continuons à insister uniquement sur la supériorité de l'allaitement, nous exerçons une pression sur les femmes quand leur entourage prône en général l'inverse ; cette situation crée beaucoup de culpabilité et surtout une grande déception chez les femmes qui auraient voulu allaiter leur bébé. »
Bref, je trouve que trop souvent les mères se font condamner. Quelques soient les décisions qu'elles prennent, de toute façon, elles ont tort et toutes les conséquences sont de leur fautes !

 

Pourquoi as-tu décidé de joindre les rangs de la LLL?

Je me suis tellement sentie inspirée et soutenue, je ne pouvais pas me contenter de rester une lectrice témoin de toute cette joyeuse tendresse… Les témoignages de ma cousine et ceux des parents d'anciens numéros de la revue « Allaiter aujourd'hui » et des livres « L'art de l'allaitement maternel » et « Être parents la nuit aussi » m'ont beaucoup motivés à assister à une réunion. En fait je souhaitais y assister dès la grossesse et puis le temps a passé… J'ai finalement eu ma première rencontre aux cinq mois de Sacha avec le groupe de Renée Landry, au CLSC Petite-Patrie, à Montréal. Je serais restée toute la journée! Je suis rentrée chez moi euphorique. Mais comment avais-je pu attendre si longtemps?!…et comment allais-je faire pour patienter un mois!

 

Qu'est-ce que la LLL apporte dans ta vie?

Je m'étais plus ou moins sentie orpheline depuis si longtemps… J'ai l'impression que mon histoire avec le maternage commence bien avant d'être mère: depuis ma naissance. Pour presque paraphraser Nancy Huston, disons que j'ai vécu une enfance heureuse avec les yeux d'une enfant malheureuse. J'étais, je suis toujours, très sensible et je suis devenue une femme en colère.
Ma rencontre avec ce type de maternage, cette façon de soutenir, de suivre le rythme de son bébé/bambin/enfant, d'écouter son instinct, de retarder les séparations, cette façon d'aborder une relation peau à peau avec son bébé, de choisir de sécuriser au maximum les premières années pour acquérir une véritable autonomie et non une apparence d' indépendance, cette façon de pouvoir échanger entre mères, entre parents, reste à mes yeux d'une beauté, d'une importance fondamentale. Elle m'aide beaucoup à assouplir et désamorcer cette colère. Chaque vie a son histoire; moi j'ai certaines choses à régler avec les sentiments d'abandon et de trahison. Je suis reconnaissante de rencontrer chaque semaine des mères qui maternent de cette façon. Je suis chaque fois émue de voir le regard de ces enfants, si vifs, si allumés! C'est pour moi un trésor inestimable. J'y trouve aussi un espace où je sens que personne ne cherche à m'imposer sa vision. Je ne m'y sens pas jugée, mais épaulée.
Dans ma vie, je suis aussi rendue à un moment où mes copines-mères-de-bébés/bambins sont, soit trop loin géographiquement, soit retournées sur le marché du travail ou aux études. Même si on se voit parfois, elles me manquent! Je n'ai pas ratissé tous les groupes communautaires de parents de la ville, et le peu que j'ai rencontré était sympatique mais je sentais qu'on ne partageait pas vraiment les mêmes valeurs au sujet du co-dodo ou de l'attitude devant un bébé qui pleure, par exemple… En plus de l'accès à une quantité considérable d'informations, La Leche m'offre des opportunités pour construire des relations d'amitié et des échanges familiaux qui me comblent.

 

Pourquoi avoir accepté d'en devenir la porte-parole?

J'avais trop le goût de répandre la bonne nouvelle! Je rigole mais c'est vrai. Oui ce type de maternage peut être intense et exigent, mais mon dieu que mes perceptions changent depuis la venue de mon fils!
Pis est-ce qu'on peut décoler un peu de l'aspect médical et responsable, parce que tout l'amour, le soleil, l'abandon, la joie, l'énergie, la réconciliation, l'espoir, le riiiiiire que ça me fait vivre heil c'est important ça aussi! Je trouve la vie extraordinaire depuis que mon fils est arrivé! Je n'ai jamais vécu cet état de reconnaissance. Pourtant, mon métier est une passion depuis l'enfance, je vis une relation exceptionnelle avec mon amoureux, la musique me porte et me nourrit, bien des sujets comme l'alimentation, la naturopathie m'enthousiasment. Je pourrais en parler longuement… Mais j'ai vécu un tel choc d'amour et de guérison, depuis mon accouchement! Le lendemain, j'en voulais cinq! Après vingt heures de travail! (rires) Je l'avoue humblement : ce type de maternage contribue à me rendre meilleure personne. Alors l'équation automatique, c'est: peut-on multiplier tout cet amour-là? Toute cette joie-là? Est-ce qu'on peut contribuer à léguer du soutien, à transmettre la confiance, la tendresse qui réussi même à guérir? Je le crois. Et puisque je personnifie exactement la définition du trait d'union…! Je ne fais que ça dans ma vie: mettre les gens en lien, provoquer des rencontres, donner des références, prêter des livres… Et puis, j'ai tellement reçu de la LLL, c'est naturel de vouloir rendre à César ce qui est à César. Et puisque par mon métier j'ai la chance d'avoir accès aux médias…

 

Quels sont tes objectifs comme porte-parole?

Comme je l'ai brièvement mentionné au dernier congrès, j'ai particulièrement à cœur de faire un recadrage de l'image de La Leche. Quotidien et médiatique. Bien faire comprendre que la Leche promouvoit l'allaitement maternel sans être radicale. Je me sens comme au lendemain du onze septembre : urgent besoin de départager l'arabe de l'intégriste! Je sais que dans tous les groupes constitués d'êtres humains, il existe un risque de… disons dérapage. Une information mal communiquée ou une attitude inadéquate est à éviter mais reste malheureusement possible. J'aime à remettre en perspective le fait que nous sommes toutes humaines, avec chacune nos bonnes ou mauvaises journées, sans parler des nuits! Oui, c'est possible qu'une maman ou une monitrice soit moins en forme, comme n'importe quelle infirmière, dentiste, caissière, fleuriste… Ce n'est pas parce qu'une bibliothécaire a pu être moins avenante que nous n'emprunterons plus jamais de livre. Ce serait dommage. Par contre, si ce n'est pas exceptionnel, et si nous en sommes affligés, il est juste de le lui dire et précieux d'en informer ses supérieurs. Je crois que les personnes ressources qui travaillent avec le public doivent aussi, bien sûr, avoir à cœur de donner des références avec le plus d'humanité possible.
Il faut savoir que la Leche vise avant tout un soutien mère à mère. Il y a, d'une part, la formation des monitrices, très particulière et qui doit rester cohérente avec l'enseignement transmis dans plus de soixante pays à travers le monde, tout en évoluant avec les différentes générations de monitrices, et d'autre part, les réunions mensuelles où les mères ont un espace pour s'exprimer. J'ai été frappée à chacune des rencontres auxquelles j'ai assisté par l'invitation à respecter l'autre, au droit de prendre ce qui nous convenait et de laisser le reste... Préciser que la Leche n'endosse pas les propos à l'intérieur de ce lieu est un geste démocratique qui témoigne d'une réelle ouverture. Je salue au passage la monitrice Renée Landry, merveilleuse d'écoute, qui a le don d'installer un climat chaleureux et vraiment zen dans ses réunions. Je trouve personnellement que la distance, la douceur et le respect que dégage cette femme est d'une grande richesse pour nous, chanceuses mamans de son groupe!
Pour continuer avec mes objectifs de porte-parole; j'espère, contribuer à faire en sorte qu'on devienne LA référence en allaitement maternel. Surtout avec l'expertise médicale et scientifique que l'on possède, dont celle du Dr Jack Newman et du M.D. Pédiatre William Sears.
J'espère aussi, lors de nos événements, sans cesse augmenter le nombre de membres et de participantes …et participants!

(SUITE = PROCHAIN NUMÉRO)

Près
du cœur


Témoignages et réflexions sur l'allaitement

Au cœur de
la naissance


Témoignages et réflexions sur l'accouchement

Bilan des
groupes de
discussion
de 1998

MAMANliste Prises de position Portail naissance